Fenghuang 凤凰, le village aux mille touristes

Fenghuang 凤凰, a thousand and one tourists’ village

Ce petit village miao caché dans une vallée fertile a gagné sa gloire grâce à son architecture pittoresque. Son histoire n’est pas immaculée de sang : le village a subit une forte répression sous les Qing, il fut en grande partie détruit puis encerclé d’une muraille pour mieux affamer la communauté rebelle.

This little Miao village hidden in a fertile valley has gained his glory thanks to its picturesque architecture. Its history is not immaculate of blood: the village has been subjected to a strong repression under the Qing dynasty; a large part had been destroyed at that time, and the village had been circled by a wall in order to starve the rebel community.

Aujourd’hui, le village a gardé ses vieilles bâtisses, c’est un lieu enchanteur. Les ruelles pavées se frayent un chemin sinueux entre les maisons à encorbellement de bois. Le village est entièrement piéton, traversé d’une rivière. Un permet de joindre les deux rives, il ne ressemble pas tant à un pont qu’à une longue bâtisse aux façades ouvragées. Plus loin, on peut traverser la rivière en sautant d’une pierre à une autre.

Today, the village has kept its old houses, it is an enchanting place. Paved backstreets make their winding way through the wooden corbelled houses. The village is entirely pedestrian, crossed through by a river. You can join the two banks by a bridge which resembles more to a big and long house with finely wrought fronts. Further, you can cross the river by jumping from a stone to another.

Fenghuang est une ville qui laisse à réfléchir quant à l’impact du tourisme sur une localité et ses traditions. Tout y est pensé pour le tourisme. Les miao ont su valoriser leur artisanat et leurs savoirs faires pour mieux les vendre. Les miao proposent aux touristes de les habiller en costumes traditionnels pour les prendre en photo devant le paysage qu’offrent la rivière et ses masures.

Fenghuang is a city which makes think about the impact of tourism on a locality and its inhabitants. Everything is thought, there, for tourism. Miao people have found how to promote and put their craft industry and savoir-faire in good use in order to sell them better. Miao people offer to tourists to dress them in traditional clothes and photograph them in front of the landscape of the river and the picturesque houses. 

Pour une cinquantaine de yuans on pourra aussi s’offrir une balade en barque sur la rivière, poussée au bâton. Les miao vendent aussi leurs bijoux, leurs spécialités culinaires, leurs tissus, leurs vêtements, les paysans viennent vendre leur miel.

For about fifty yuans, you can also go for a little tour on the river in a small boat moved with stick. Miaos sell their traditional jewellery, their culinary specialities, their textiles, their clothes, farmers come to the city to sell their honey.  

On fait feu de tout bois, mais le feu se propage aussi vite ailleurs…

Le tourisme, on le sait, est à double tranchant, valorisant et préservant certains éléments, en dénaturant, voire en faisant disparaître d’autres.

Ainsi, Fenghuang est devenue la cité des hôtels, des bars et des magasins. Le soir, les vieilles bâtisses de bois tremblent sous les basses saturées de la musique techno des bars (quasi vides en semaine), la ville résonne des rythmes saccadés des DJ, les hordes de touristes se hissent avec difficulté dans les ruelles surchargées…

Everything is turned in good account, but it can be risky sometimes…

Tourism, as we know, is double-edged, promoting and preserving some elements, distorting or even engendering the extinction of others. 

Thus, Fenghuang has become the city of hotels, bars and shops. At night, old wooden houses shake under the techno music’s saturated bass of the bars (which are practically empties during the week), the city resounds with the jerky rythms of DJs, hordes of tourists heave themselves with difficulty in the overcrowded streets.

A Fenghuang, tout se paye, le moindre temple, le moindre bout de muraille…Les miao vivent là, toute la journée, à chercher le client, appareil photo sous le bras.

In Fenghuang, nothing is free, the smallest temple, the slightest piece of wall…Miaos live there, all day long, with their camera, seeking out customers.

Film à venir…

Je ne veux pas faire ici l’apologie romantique et nostalgique d’un passé que je n’ai finalement pas connu et qui n’a peut être jamais existé…Le tourisme a aussi apporté un certain confort de vie aux habitants de Fenghuang. Il y a une vie locale importante à Fenghuang, cette ville pensée pour le tourisme n’abrite pas non plus que des touristes.

I don’t want to make the romantic and nostalgic panegyric of a past that, in fact, I haven’t known, and maybe this past has never existed…Tourism has brought a kind of comfort for the inhabitants of Fenghuang. There is an important local life in Fenghuang, this city thought for tourism does not only shelter tourists.

Des femmes lavent leurs légumes dans la rivière.

Nous avons ainsi observé des vieux chinois effectuer une savoureuse partie d’un jeu que nous n’avions encore jamais eu l’occasion d’observer. A tour de rôle, chaque joueur lance successivement deux pièces (larges et lourdes) sur une planche de bois inclinée. Celles-ci roulent, roulent encore et viennent s’échouer sur les pavés. Puis les joueurs lancent leurs pièces sur une autre pièce, nous n’avons pas compris exactement les règles de ce jeu, mais nous y avons vu certaines similitudes avec la pétanque…Les joueurs, ridés et courbés, faisait preuve d’un imperturbable sérieux, jusqu’à sortir le mètre en cas de doute…Il faut dire qu’il y avait quelques yuans en jeu…

We have observed old chinese mens playing a luscious game that we had not seen before. In turns, each player successively throws two big coins on a sloping plank. The coins rolls and rolls again and finally run aground on the pavement. Then players throw their pieces on another piece, we did not understood exactly the rules of the game, but we found some similarities with the French petanque…The players, wrinkled and bent, showed an unruffled seriousness, to the point of using the yardstick in case of doubt…We have to precise that some yuans were bet…

Film à venir…

Nous sommes restés à peine deux jours à Fenghuang, le temps d’observer l’architecture, de passer la nuit avec quelques cafards et de s’épuiser des regards insistants des touristes chinois. Le lendemain, nous retournions à Jishou afin de rejoindre Dehang, une petite bourgade bien plus paisible…

We stayed hardly two days in Fenghuang, just the time to see the architecture, to spend one night with some cockroaches and to get tired of the insisting look of Chinese tourists. The following day, we returned to Jishou in order to get to Dehang, a small town much more peaceful…

On the road again…

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Fenghuang

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s